Vous êtes dans : LA CAS'A BULLES GUYANE > Sélections >

Flux RSS de la sélection Flux RSS

Sélection Actualités

1
  • je serai président ; enfance et jeunesse des six chefs d'Etat de la Ve République
  • Robert Schneider
  • Perrin - 05 Janvier 2012
  • 9782262032807
  • Qu'y a-t-il de commun entre Charles de Gaulle, le fils de famille portant le nom de son pays, et Nicolas Sarkozy, le fils d'un réfugié hongrois qui a longtemps refusé la nationalité française ? Entre François Mitterrand, le Charentais élevé dans le culte de la religion et de la patrie, et Georges Pompidou, le Cantalou nourri à la mamelle socialiste et laïque ?
    Entre Valéry Giscard d'Estaing, incarnation de la grande bourgeoisie fortunée qui se pique d'aristocratie, et Jacques Chirac, le petit-fils d'instituteurs francs-maçons et bouffeurs de curés ? L'ambition, bien sûr ! Mais cette ambition ne s'est manifestée ni au même âge, ni de la même manière, ni pour les mêmes raisons.
    Pour mieux cerner la personnalité des six présidents de la Ve République, Robert Schneider est revenu à leurs racines. Il nous raconte l'histoire de leur enfance à travers leurs familles, l'éducation qu'ils ont reçue, la place qu'y tenaient la religion, la politique, la culture, l'argent... Il révèle les cancres ou les premiers prix qu'ils ont été, les livres qui les ont marqués et ceux qu'ils ont - parfois - écrits, leurs premières amours aussi, jusqu'à leur entrée en politique. Alors que la France s'apprête à élire le prochain président de la Ve République, cet ouvrage enlevé et riche en anecdotes nous offre un regard original sur nos chefs d'Etat et leur perception du pouvoir.
  • Prix : 24.73 €
  • Epuisé
Contacter
mon libraire
  • de voyou à pov' con ; les offenses au chef de l'Etat de Jules Grévy à Nicolas Sarkozy
  • Raphaël Meltz
  • Robert Laffont - 09 Février 2012
  • 9782221115640
  • Est-ce grave ? Ce n'est peut-être pas très grave ; c'est peut-être même anodin.
    Qu'un texte de loi condamne encore, au XXIe siècle, l'offense au président de la République. Que des individus (au moins deux, au moment où l'écriture de ce livre s'achève) aient été condamnés à ce titre sous la présidence de Nicolas Sarkozy : amende de trente euros avec sursis pour l'un, trente-cinq heures de travaux d'intérêt général pour l'autre. Bien sûr que les peines sont minuscules ; bien sûr qu'on peut penser que la France, la démocratie, la liberté d'expression, ne sont pas en danger.
    Mais tout de même. Derrière la notion de l'offense, se cache l'insulte ; derrière l'insulte, le droit de critique, la liberté du bouffon, l'insolence de l'insoumis. Le délit d'offense au chef d'État tel que nous le connaissons aujourd'hui apparaît dans la loi de 1881 sur la presse : sa naissance suit de peu celle de la IIIe République, même s'il prend la suite d'un délit similaire, l'offense publique au roi, prévu par la loi de 1819, lui-même descendant direct du crime de lèse-majesté. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, le délit n'occasionnera guère de débats. Sous Vichy, il prend une coloration autre, même s'il reste finalement assez peu usité par les tribunaux. C'est de Gaulle qui fera de l'article 26 de la loi sur la liberté de la presse une véritable star des tribunaux : plusieurs centaines de condamnations pour offense au président seront prononcées.
    En 1974, Valéry Giscard d'Estaing déclare que cet article de loi ne sera plus utilisé. François Mitterrand et Jacques Chirac suivent la même règle de conduite. En 2004, une disposition similaire concernant les chefs d'État étrangers est supprimée du droit français. Il semble alors évident à tous les juristes qu'on ne pourra plus être poursuivi pour offense au président. Survient l'élection de Nicolas Sarkozy. Le président non seulement laisse poursuivre des " offenseurs ", mais il attaque lui-même régulièrement pour des délits civils, notamment concernant son droit à l'image. Faire l'histoire des insultes au président, c'est raconter l'évolution d'une société, de sa langue, de son degré d'acceptation de la critique ; c'est faire l'histoire de la satire, des gros mots, de la provocation, mais aussi tout simplement du combat politique.
    C'est également se pencher sur la question du statut pénal du chef de l'État, qui a changé en 2007, à la fin du dernier mandat de Jacques Chirac : le président ne peut désormais plus être poursuivi durant son mandat. Un président protégé de l'offense, et qui peut poursuivre sans être poursuivi : est-ce vraiment le signe d'une démocratie apaisée ?
  • Prix : 22.43 €
Quantité :
  • carnets de campagne
  • Alain Touraine
  • Robert Laffont - 01 Mars 2012
  • 9782221130735
  • Carnets de campagne ne ressemble à aucun autre livre sur la campagne.
    C’est un ouvrage personnel, un livre de penseur, d’homme engagé. Touraine aime la politique et il la fait aimer.
    Loin de l’analyse froide des faits et gestes des politiciens, il défend un vrai point de vue, soutenu par une pensée élaborée. À la croisée de la science politique, de la sociologie et de la philosophie, Alain Touraine pose beaucoup de bonnes questions dans ce court essai à la fois vif et profond.
    Il circonscrit les grands enjeux de la campagne, ce qui s’y joue vraiment (la crise, l’individualisme, le moral contre le social, le nucléaire, l’Europe, la justice sociale) et se demande sur quelles batailles va se jouer l’élection : l’anti-sarkozysme ?
    L’acceptation de la rigueur ? Le ton de la campagne ? La personne même du président ? Chaque question est examinée en une page au plus, ce qui rend la lecture fort agréable.
    Alain Touraine prend de la hauteur et propose de véritables raisonnements sur des questions politiques intemporelles : où sont les idées ? Quels sont les différents niveaux de l’action politique ? Quelles constructions du monde s’opposent aujourd’hui ? Sur quels critères choisir nos dirigeants ?
  • Prix : 21.28 €
Quantité :
  • le combat continue ; résister à la Mafia et à la corruption
  • Roberto Saviano
  • Robert Laffont - 23 Février 2012
  • 9782221127933
  • Des accords de piano, un refrain entraînant, c'est sur l'air enjoué du " Vieni via con me " (Pars avec moi) de Paolo Conte que s'ouvre le premier numéro de l'émission éponyme, conçue et animée par Roberto Saviano en duo avec le présentateur Fabio Fazio.
    L'heure n'est pourtant pas à l'allégresse : partir ou rester en Italie, telle est, en effet, la question provocatrice posée d'emblée par les protagonistes de ce programme ô combien insolite dans un paysage télévisuel italien d'une rare indigence. L'intervention de Saviano consacrée à la " machine à salir ", ce " mécanisme grâce auquel on parvient à diffamer n'importe qui ", donne le ton.
    Le pari fou de Saviano et Fazio ? Faire de la télévision, lieu par excellence du divertissement, un lieu d'analyse, afin de chercher à expliquer la réalité au lieu de la subir et de mettre au jour les travers de l'Italie contemporaine. Et le miracle à l'italienne a lieu. Concurrencée par une demi-finale très attendue de Ligue des champions Inter Milan-FC Barcelone et par le très populaire " Il Grande Fratello " (cousin transalpin de " Loft Story "), l'émission, vilipendée avant sa diffusion par les propres cadres dirigeants de la chaîne, fait mieux que tirer son épingle du jeu : elle bat tous les records d'audience ! Du 8 au 29 novembre 2010, les quatre épisodes de " Vieni via con me " réuniront chaque semaine en moyenne dix millions d'adeptes fervents. Le principal ingrédient de ce succès ? La rencontre entre un homme - Roberto Saviano -, intellectuel et romancier épris de liberté, accusé par Silvio Berlusconi de donner une mauvaise image de l'Italie, et un pays, souvent décrit comme désabusé de la politique, en attente d'un profond changement. Le présent recueil réunit les monologues écrits par Roberto Saviano pour l'émission " Vieni via con me " - huit récits qui traitent de sujets aussi divers que les nouveaux mécanismes de la censure, l'expansion de la criminalité organisée dans le nord de l'Italie, l'Eglise face à l'euthanasie, les déchets toxiques à Naples ou le tremblement de terre de L'Aquila, et qui donnent à lire en creux un portrait tout en nuances de l'Italie d'aujourd'hui. La grande force de Saviano est de donner à de simples histoires, a priori ancrées dans la réalité italienne, un statut universel et de transformer toute question, qu'elle soit politique ou non, en un récit captivant.
    Le sentiment que Saviano sait éveiller est toujours au service d'une analyse critique et d'un idéal.
  • Prix : 21.28 €
Quantité :
  • la bataille du Vatican 1959-1965
  • Christine Pedotti
  • Plon - 03 Février 2012
  • 9782259212632
  • En janvier 1959, moins de cent jours après son élection, le pape Jean XXIII, un petit homme débonnaire de 77 ans,annonce la convocation d'un concile afin de faire un grand aggiornamento (mise à jour) de l'Eglise catholique romaine.
    Trois ans plus tard, le 11 octobre 1962, 2500 évêques venus du monde entier se réunissent pour la première fois dans la basilique Saint-Pierre de Rome sous les caméras du monde entier.
    La bataille entre les conservateurs qui condamnent la modernité et les progressistes qui veulent ouvrir l'Eglise au monde va se livrer pendant quatre sessions de deux mois chacune, de 1962 à 1965. On ferraillera sur le latin, la place de la Bible, le gouvernement de l'Eglise, la liberté religieuse, l'oecuménisme, les juifs, les autres religions, la contraception,
    la paix et la guerre, la pauvreté et la justice sociale...
    Ce gigantesque débat est porté par des hommes hauts en couleur, comme le terrible cardinal Ottaviani, préfet du Saint-Office.
    Parmi les théologiens les plus jeunes, le Suisse Hans Küng et l'Allemand Joseph Ratzinger font figure de "révolutionnaires".
    Dans l'affrontement des opinions s'expriment les caractères, les convictions, les émotions. La réalité du coeur et de l'âme qui se dévoile rend tous ces hommes profondément émouvants et nous fait éprouver à leur égard de l'amitié et même de la fraternité. Le Concile de Vatican II a changé la vie quotidienne de plus d'un milliard de catholiques. Mais la
    question de la relation de l'Eglise catholique avec le monde
    demeure aujourd'hui plus aiguë que jamais.
    Les lignes de failles qui parcourent l'assemblée concilaire, et qui sont les
    zones de fractures de l'Eglise d'aujourd'hui, donnent à cet événement cinquantenaire une brûlante actualité.
  • Prix : 28.75 €
Quantité :
  • l'ordre libertaire ; la vie philosophique d'Albert Camus
  • Michel Onfray
  • Flammarion - 31 Décembre 2011
  • 9782081264410
  • Pour mettre fin à une légende fabriquée de toutes pièces par Sartre et les siens, celle d'un Camus "philosophe pour classes terminales", d'un homme de gauche tiède, d'un penseur des petits Blancs pendant la guerre d'Algérie, Michel Onfray nous invite à la rencontre d'une œuvre et d'un destin exceptionnels. Né à Alger, Albert Camus a appris la philosophie en même temps qu'il découvrait un monde auquel il est resté fidèle toute sa vie, celui des pauvres, des humiliés, des victimes. Celui de son père, ouvrier agricole mort à la guerre, celui de sa mère, femme de ménage morte aux mots mais modèle de vertu méditerranéenne : droiture, courage, sens de l'honneur, modestie, dignité. La vie philosophique d'Albert Camus, qui fut hédoniste, libertaire, anarchiste, anticolonialiste et viscéralement hostile à tous les totalitarismes, illustre de bout en bout cette morale solaire.
  • Prix : 25.88 €
Quantité :
  • une histoire de la 2e guerre mondiale t.5 ; 1944-1945, le triomphe de la liberté
  • Max Gallo
  • Xo - 12 Janvier 2012
  • 9782845635227
  • Bientôt le Débarquement, bientôt la Libération, c'est ce qu'espèrent les Français en janvier 1944. Mais le chemin est encore long jusqu'au tombeau du IIIe Reich, la capitulation allemande. C'est cette marche vers le triomphe de la liberté que Max Gallo raconte, achevant ainsi sa grande Histoire de la 2e guerre mondiale.
    1944 : Roosevelt et Churchill mettent en place le débarquement des troupes anglo-américaines sur les côtes normandes prévu le 6 juin 1944. De Gaulle, maintenu à l écart, rêve de fouler le sol français libéré par son peuple et de rendre à la France sa souveraineté.
    Prises en étau par les forces alliées, les puissances de l'Axe capitulent les unes après les autres. En France, la violence monte, barbare, sanglante.
    La Résistance s'unit et s'organise, les maquisards des Glières et du Vercors se sacrifient, alors que miliciens, collaborateurs et soldats allemands, en représailles, massacrent des innocents.
    Hitler, qui échappe à un attentat fomenté par son propre camp en juillet 1944, et malgré la débandade de ses troupes, croit encore à la victoire ; mais, devant l'entrée des Russes à Berlin, il se suicide d'une balle dans la tête, laissant une semaine plus tard ses généraux signer la reddition sans condition de l'Allemagne le 8 mai 1945.
    Dans le Pacifique, les combats sont acharnés. Pour faire plier les Japonais, l'état-major américain utilise l'arme atomique : sur Hiroshima, le 6 août 1945, et sur Nagasaki, le 9 août. Le 2 septembre, les Japonais ont capitulé, l'armistice est signée.
    1945 : au prix de dizaines de millions de morts, la paix est revenue, la liberté a triomphé. Un nouveau monde est à construire.
  • Prix : 23.23 €
Quantité :
  • circus politicus
  • Christophe Deloire, Christophe Dubois
  • Albin Michel - 01 Février 2012
  • 9782226238597
  • Circus politicus révèle les dessous d’un véritable « putsch démocratique », une tentative de neutralisation du suffrage universel par une superclasse qui oriente la décision publique. Il montre comment le Pouvoir a capitulé devant les puissances financières. Il dévoile les stratégies de double discours et d’hypocrisie française entre Paris et Bruxelles. Histoires, anecdotes, preuves, documents… tout dans ce livre tend à démontrer que les Indignés ont raison de réclamer une « vraie démocratie » !
    Entrons dans ce Circus politicus où le peuple est jugé dangereux et la démocratie archaïque. Nous voici dans les réunions ultra secrètes des Conseils européens où tout se joue, dans les coulisses, dans de mystérieux clubs d’influence où les banquiers américains expliquent la vie à nos politiques, dans les officines et les bureaux d’agents secrets…
    La France est sous la tutelle d’un pouvoir aveugle. La souveraineté, nationale ou européenne, n’est plus qu’une image pieuse entretenue par des « idiots utiles ».
    Une enquête inédite, iconoclaste qui fait surgir une réalité qu’il vaudrait mieux affronter plutôt que de la nier.
  • Prix : 25.07 €
Quantité :
  • François Hollande l'inattendu
  • Richard Michel
  • Archipel - 09 Novembre 2011
  • 9782809806007
  • Richard Michel dépeint ici un autre François Hollande. Son enquête débute lorsque le président de la Corrèze quitte la direction du Parti socialiste. On découvre alors le parcours de cet homme caricaturé comme jovial et pas très futé. Après le congrès de Reims (2008), l'auteur suit le politique pendant sa campagne jusqu'à l'annonce officielle de sa candidature (31 mars 2011). Quelles actions François Hollande a-t-il menées jusqu'à là ? Qui le soutient ? Quelles sont ses ambitions ? Autant de questions pour décrypter cet homme que nul n'a vu venir et qui assure être le président « normal » dont la France a besoin.
  • Prix : 22.14 €
Quantité :
  • Roland Barthes ; au lieu de la vie
  • Marie Gil
  • Flammarion - 15 Janvier 2012
  • 9782081244436
  • "Roland Barthes", "Au lieu de la vie" : la conciliation de ces deux paradigmes donne forme à cette biographie. "Roland Barthes" : c'est une figure d'exception parmi les intellectuels français du XXe siècle, tant par son caractère marginal et la qualité inclassable de son oeuvre, que par le succès paradoxal de sa pensée et de son écriture - celles-ci sont parfois mal comprises ou critiquées, ailleurs vénérées, mais toujours au centre, aujourd'hui encore, du "monde des lettres". Barthes n'a cessé d'aller de l'avant, de chercher du nouveau au sein même des avant-gardes. Figure éclectique s'il en est, mais mue à chaque étape de sa vie par la passion du "neutre", de l'indifférenciation, le maintien de deux postulations opposées. Quel est donc le texte qu'écrit cette vie complexe et mouvante, tendue vers l'avenir et immobile dans son oscillation dualiste, souvent assimilée à l'oeuvre qui s'est constituée en son lieu... au lieu de la vie ? Car "au lieu de la vie", il y a un texte : le texte que dessine la vie de Barthes. Le texte que dessine toute vie : un commencement, un milieu et une fin fondée sur un retournement. Une structure tragique, chez Barthes, qui fonctionne sur un mécanisme de compensation du manque, matrice aussi bien de la formation des actes que de l'écriture. Il a fallu mettre à distance l'apparent, le saillant, pour trouver le secret de ce texte, mettre au jour son mouvement, en faire un système formel. Il a fallu poser sur le même plan l'écriture et le factuel, cette écriture que l'écrivain place "au lieu de la vie", dont il fait la matière même. Il n'y a pas la vie d'un côté, l'écriture de l'autre, mais il y a la seule biographie.
  • Prix : 31.05 €
Quantité :
1